DERNIÈRES ACTUALITÉS
 

Saferseas 2015, c’était à Brest …

publié le 20 novembre 2015

Événement international sur la sûreté et la sécurité maritimes.


A cette occasion, le Cerema, a organisé la session 5 « Développement et gestion des activités portuaires » le mercredi 28 octobre, ainsi que la 17ème réunion du comité e-navigation de l’Association Internationale de Signalisation Maritime (AISM), qui s’est déroulée conjointement du 26 au 30 octobre. Le Cerema a également co-organisé l’atelier MEDDE-Cerema « Potentiels d’usages et d’innovations des applications satellitaires pour le domaine maritime » qui s’est déroulé le 28 octobre à l’Université Bretagne Occidentale (UBO) à Brest (plus de détails ci-dessous).

La 4ème édition de Safer seas, organisée à Brest, au centre des congrès du Quartz, du 27 au 28 octobre 2015, était dédiée à la sécurité et sûreté maritime. C’est une manifestation d’envergure internationale, Safer seas ayant obtenu le Haut-Patronage de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et de l’Union Européenne.

Les ports ne sont plus uniquement une interface pour le fret. Leur mutation s’oriente vers des activités complexes en termes de logistique et d’intégration urbaine. Les ports deviennent de véritables boîtes à outils pour utiliser tous les potentiels qu’offre la mer.

Les ports du futur sont également soumis à des phénomènes météorologiques extrêmes et à la montée des eaux, qui s’intensifient en raison du changement climatique.

Enfin, les espaces portuaires sont également des interfaces terre-mer ouvertes, en particulier sur la ville, sa population et ses activités. Le développement des places portuaires du futur devra répondre à des enjeux multiples : développement économique, urbanisme, attractivité du territoire, tourisme, protection de l’environnement et impact sur la santé, mais aussi sûreté des installations au regard des actes malveillants, sécurité des personnes et des biens au regard des risques industriels.

La session 5 s’est appuyée, d’une part, sur les conclusions des 5èmes Assises du Port du futur qui se sont déroulées les 30 septembre et 1er octobre à Paris. Ces conclusions ont cherché à préciser les implications sur les problématiques de sécurité maritime du développement du port et de son hinterland, des évolutions technologiques du port connecté et des nouvelles préoccupations du port au cœur de la transition énergétique et écologique. D’autre part, les discussions ont porté sur les préoccupations en matière de sûreté auxquelles font face les villes portuaires. Les regards croisés à partir de l’expérience de places portuaires diverses dans le monde seront favorisés.

Keynote  :

Conclusion de la 5ème édition des assises “Ports du futur”, par Philippe JOSCHT, Directeur de la Direction technique Eau, mer et fleuves du Cerema.

Participants table-ronde :

  • Jean-Philippe Casanova, Président de la Fédération Française des Pilotes Maritimes-FFPM, Vice-président de l’Association Européenne des Pilotes Maritimes-EMPA.
  • José Maria Costa, Maire de Viana do Castelo (Portugal), Président de la Conférence des Villes de l’Arc Atlantique - CVAA.
  • Mériadec Le Mouillour, directeur, Chambre de commerce et d’industrie métropolitaine de Brest.
  • Greta Marini, Développement International et chef du projet Port Centre Network, Réseau Mondial des Villes Portuaires-AIVP.
  • Timo Rosenberg, directeur adjoint du Port Maritime de Kiel (Allemagne).
  • Ulf Siwe, Responsable de la communication, Projet Mona Lisa 2.0.

Avec la participation des autorités portuaires d’Haiphong (Vietnam) et Tuxpan (Mexique).



Atelier MEDDE-Cerema  : "Les applications satellitaires : potentiels d’usages et d’innovation pour le domaine maritime".

Atelier organisé par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie et le Cerema.

Dans le cadre de la croissance bleue "Les Océans, le climat, la sécurité maritime" représentent des enjeux importants pour la France, deuxième puissance maritime mondiale par la surface de sa zone économique exclusive (ZEE), qui s’inscrivent au sein de deux stratégies nationales : la stratégie nationale de sûreté des espaces maritimes (SNSEM) et la stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML), en cours d’adoption.

En terme de connaissance, de surveillance et de protection des milieux, des personnes et des biens, les applications satellitaires offrent un potentiel d’innovation et de création d’activités pour les acteurs du domaine maritime.

La Direction de la Recherche et de l’Innovation du CGDD au Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE) , la Direction technique Eau, mer et fleuves du Cerema, tous deux impliqués dans le domaine des applications et des développements satellitaires pour le maritime se sont associés à la session 3 de Safer seas intitulée « Connaître, Surveiller, Protéger » en organisant à l’Université de Bretagne Occidentale un atelier portant sur les « Potentiels d’usages et d’innovations des applications satellitaires pour le domaine maritime ».

Cet atelier a permis de réunir plus de 45 personnes, acteurs de la R&I navales, porteurs de projets, institutionnels, grands groupes, PME et ETI qui ont pu découvrir des présentations de projets très riches permettant de mettre en perspective les potentiels d’usages et l’innovation des applications satellitaires dans les différents volets du domaine maritime.


Consultez également la rubrique dédiée du : site internet du MEDDE




Safer seas était aussi l’occasion pour les différentes communautés du monde maritime de se retrouver dans le cadre de symposiums spécialisés. L’édition 2015 de Safer Seas a accueilli la 17e réunion du comité e-navigation de l’Association Internationale de Signalisation Maritime (AISM), du 26 au 30 octobre. Cette association fondée en 1957 à l’initiative de la France et du Royaume-Uni, dont le siège est en France, forte aujourd’hui d’une représentation internationale étendue composée de marins et d’ingénieurs, constitue une force de proposition et d’évaluation de référence pour l’Organisation Maritime Internationale dans la mise en place des standards et la prise en compte de l’innovation en matière de sécurité maritime.

Ce Comité e-nav, exceptionnellement déconcentré à Brest, à l’initiative du Cerema, a connu un succès inégalé avec plus de 150 participants venant de 32 pays différents, sur un sujet porteur d’innovation.
Les travaux menés dans les 5 groupes de travail spécialisés, portant aussi bien sur les formats des messages, sur l’architecture globale, ou sur les services délivrés, ont permis des échanges de haut niveau et une progression significative dans la mise en place des concepts préalables aux déploiements industriels à venir dans les domaines des systèmes de navigation, et d’échanges de données entre les navires et la terre.