Rupture du barrage de Malpasset

publié le 19 juillet 2011

Cette étude a été faite à l’origine par le LNHE en utilisant TELEMAC mais dans le cadre d’une comparaison entre le deux logiciels

Cette étude a été faite à l’origine par le LNHE en utilisant TELEMAC mais dans le cadre d’une comparaison entre le deux logiciels, le CETMEF a refait cette étude en utilisant les mêmes maillages et mêmes conditions aux limites que le LNHE pour pouvoir ainsi comparer les temps de calcul des deux logiciels et la convergence de leurs résultats.

EDF connaissait les temps de passage de l’inondation de la vallée qui correspondaient au temps d’arrêts de transformateurs sur le terrain et qui ont permis de caler le modèle.

Reflux comme Telemac donnent des résultats satisfaisants même si Reflux fait avancer le liquide un peu plus vite que Telemac. Nous réprimes le même maillage que EDF, c’est-à-dire environ 26000 éléments et 53000 nœuds, et nous avons utilisé un schéma temporelle explicite de type Kawahara avec un pas de temps tous les 0.5 secondes sachant que nous avons modélisé 4000 secondes. Voici l’état d’avancement de l’inondation de la vallée après un temps de 2500s :

Ci-dessous, une représentation du champs de vitesses au temps t=60s après la rupture du barrage :