Haut de page

 

Contenu

Portuaire

 

L’innovation au bénéfice du portuaire

La décentralisation des ports d’intérêt national a été réalisée au début 2007, quatre axes stratégiques apparaissent :

- Consolider la compétence technique grâce à un partenariat multiformes avec les ports autonomes, tant en matière d’ingénierie d’état de l’art, d’ingénierie en réseau, que d’échange organisé d’expérience, de capitalisation de savoir-faire, de participation conjointe à des projets de recherche qu’à une gestion plus dynamique des parcours professionnels entre ports autonomes, ingénierie privée, CETMEF, autres organismes du réseau scientifique et technique et services déconcentrés, en particulier ceux relevant de la DGIMT

- Apporter un appui aux collectivités gestionnaires de ports décentralisés, notamment en matière d’assistance à maîtrise d’ouvrage en liaison avec les pôles déconcentrés d’ingénierie maritime et portuaire en cours de mise en place et grâce à une animation des compétences, de la formation et des échanges d’expérience ;

- Capitaliser la doctrine et le savoir-faire français avec l’aide du réseau scientifique et technique et celle de l’ingénierie privée, afin d’en accroître la diffusion et le rayonnement ;

- Monter une compétence spécifique complémentaire à celle du STAC appliquée à la sûreté portuaire.

 
 
 
 
Calcul des ouvrages poids

Le calcul est mené selon l’approche semi-probabiliste (aux coefficients partiels) préconisée par les Recommandations pour le calcul aux états-limites des ouvrages en site aquatique

 
Logiciels de calcul pour les ducs d’Albe

Les ducs d’Albe sont des pieux (généralement métalliques) fichés dans le sol servant à l’accostage et/ou l’amarrage des navires.

 
ROSA 2000 : application des eurocodes aux ouvrages maritimes et fluviaux

Les Recommandations pour le calcul aux états-limites des Ouvrages en Site Aquatique

 
 
 

Pied de page