Journée bilan du 11 juin 2010

publié le 26 juillet 2011

collecte d’informations générales sur la catastrophe, données hydrauliques, ouvrages de protection et retour d’expérience du SCHAPI*, avant de faire un point sur les actions à mener …

La Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR) a demandé au CETMEF d’organiser une journée de retour d’expérience du réseau scientifique et technique du ministère (RST) sur la catastrophe consécutive à la tempête Xynthia. L’objectif était d’échanger sur les actions menées par le RST et les leçons tirées de l’événement. Cette journée a permis aux représentants de la DGPR, de la DGALN*, du CGDD*, des DREAL*, des DDTM*, des CETE*, du SERTIT*, du BRGM* et du CEMAGREF* de partager leur expérience autour de 4 thèmes : collecte d’informations générales sur la catastrophe, données hydrauliques, ouvrages de protection et retour d’expérience du SCHAPI*, avant de faire un point sur les actions à mener.

* :
DGALN = Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature
CGDD = Commisariat général du développement durable
DREAL = Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement
DDTM = Direction départementale des territoires et de la mer
CETE = Centre d’études techniques de l’équipement
SERTIT = Service Régional de Traitement d’Image et de Télédétection
BRGM = Bureau de recherches géologiques et minières
CEMAGREF = L’institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement
SCHAPI = Service Central d’Hydrométéorologie et d’Aide à la Prévision des Inondations

Thème 1 : la collecte d’informations générales sur la catastrophe

Thème 2 : les données hydrauliques

Thème 3 : les ouvrages de protection

Le retour d’expérience du SCHAPI

Échanges avec la salle sur les actions à mener



Olivier Piet, directeur adjoint du CETMEF, remercie l’ensemble des participants à cette journée organisée par le CETMEF au profit de la DGPR.

Introduction de M. Lalande

Jean-Philippe Lalande, chargé de mission à la DGPR pour la mise en place du « plan de prévention contre les inondations et les submersions marines » introduit cette journée en l’absence d’Anne -Marie Levraut, chef du Service Risques Naturels et Hydrauliques.

Il rappelle la gravité des conséquences de cette tempête qui a touché l’Atlantique, la Manche, la Mer du nord, mais a été plus particulièrement violente sur les départements de la Charente-Maritime et de la Vendée. Il souligne la mobilisation exceptionnelle des agents du MEEDDM et la solidarité des acteurs locaux, secours, population,… : en particulier, il cite les agents des DDTM les plus touchées de Charente Maritime, Vendée, Gironde et Loire Atlantique et des DREAL pour la gestion de crise et les interventions immédiates, puis les administrations centrales : Service de prévision des crues littoral atlantique, SCHAPI, DGPR, les services du réseau technique et scientifique : CETMEF, CETEs, CEMAGREF qui ont missionné des experts sur le terrain, les délégués à la solidarité à l’écoute des populations et les élus… La précédente tempête de 1999 ne nous avait pas préparé à une crise de cette ampleur.

Le retour d’expérience fait partie de la capitalisation nécessaire pour préparer l’après-crise, et en particulier le « plan de prévention contre les inondations et les submersions marines » annoncé par le gouvernement. Ce plan axé sur la prévision et la prévention des risques d’inondation et de submersion devrait s’articuler autour des axes suivants :

  • maîtrise de l’urbanisation dans les zones à risque,
  • amélioration de la chaîne prévision - vigilance - alerte,
  • renforcement des digues et ouvrages de protection,
  • organisation de la maîtrise d’ouvrage des systèmes de protection,
  • contrôle de la sécurité des ouvrages de protection,
  • amélioration de la connaissance et de la culture du risque.

Le plan s’intègrera dans la continuité de la directive inondation, la labellisation des PAPI et la stratégie nationale de gestion du trait de côte. Il portera sur les risques fluviaux et maritimes. Il s’appuiera sur un retour d’expérience consolidé sur de nombreux domaines, comme par exemple l’impact de la tempête sur les bâtiments. Il sera important de bien comprendre l’impact de cet événement sur les dispositifs de protection des populations, de recenser ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné, de capitaliser ces données et de les partager avec la population. Le retour d’expérience de la tempête Xynthia devra être largement diffusé et il participera à l’amélioration de la culture du risque qui doit être beaucoup plus renforcée.
Introduction de Olivier Piet et Joël L’Her du CETMEF

Olivier Piet rappelle les objectifs de cette journée d’échanges :

  • le partage des informations sur l’événement et ses conséquences,
  • la capitalisation des travaux techniques,
  • l’optimisation des actions futures,
  • la réflexion sur les actions restant à mener.

Joël L’Her précise que la journée ne porte que sur une partie du retour d’expérience nécessaire. L’objectif est également de préparer la suite de Xynthia, les DUP par exemple en apportant les éléments de réponse dont on dispose et en définissant les actions qui doivent être entreprises. Le document support remis aux participants intègre des éléments sur l’action de recensement des ouvrages de protection littorale, la liste des actions menées par les CETEs, les fiches actions correspondantes et des éléments de réflexion sur le retour d’expérience hydraulique. La journée est articulée en trois thèmes principaux :

1. la collecte d’informations générales sur la catastrophe,
2. les données hydrauliques,
3. les ouvrages de protection

Puis le retour d’expérience du SCHAPI et le débat sur les actions à mener clôtureront la journée. Le CEMAGREF présentera une intervention rapide dans l’après-midi. Le BRGM, sollicité, n’a pu répondre à l’invitation. De manière générale, le cadre de cette journée reste celui du Rex du réseau scientifique et technique du Ministère.