Influence des courants de marées sur l’érosion sédimentaire en pieds d’ouvrage

publié le 18 juillet 2011

Cette étude consistait à évaluer l’impact des courants de marées autour du port de Calais et notamment étudier leurs influence sur une possible érosion sédimentaire au pied de la digue d’entrée.

Cette étude a été menée par Pierre Debaillon en 2000.

Voici quelques unes des hypothèses qui ont été choisies pour le calcul :

Tout d’abord, la frontière parallèle à la côte a été choisie fermée pour des considérations géométriques. En effet une analyse de la bathymétrie montre qu’il existe une bosse au large du port qui est parallèle à la côte et qui "canalise" donc les vitesses parallèlement à la côte.

On a ensuite appliqué les mêmes courbes de marées à tous les points des frontières ouvertes du domaine c’est-à-dire qu’on a considéré que ces frontières étaient exactement parallèles aux lignes d’égales amplitudes théoriques de la marée.

Deux coefficients de marées ont été testés (coeff=45 et coeff=90) et le calcul a été lancé sur 2 cycles de marées, le premier servant à obtenir des conditions initiales progressivement satisfaisantes, le second donnant les résultats.

Les résultats numériques ont ensuite été validés avec des mesures de vitesses sur le terrain avec des temps d’inversion de vitesses coïncidant parfaitement avec ceux relevés sur place. L’image ci-dessous montre la bathymétrie du site :

Le calcul simula une période de 25h (soit environ 2 cycles de marée) en donnant des résultats toutes les 300s. L’image ci dessous montre le champs de vitesses obtenu pour le temps t=37200s (soit une heure environ avant la marée haute). On remarque un joli tourbillon à l’intérieur du port :

Le maillage utilisé comportait environ 4000 éléments et 8000 noeuds ce qui est assez peu.