ENVISIA, c’est quoi ?

publié le 28 juin 2012 (modifié le 9 mars 2015)

ENVISIA, une création de la DTecEMF (ex-CETMEF) …

ENVISIA signifie « service d’analyse ENVIronnementale par Système d’Identification Automatique ». Créé par l’ex CETMEF, Envisia est un système de traitement destiné à l’analyse de toutes les données AIS (Automatic Identification System).

Pour la vidéo de présentation, vous pouvez soit télécharger la vidéo (format FLV ou MPEG), soit la lire en ligne ci-dessous :

Télécharger : la vidéo de présentation au format FLV (fichier de 40Mo), nécessité de Flash Player pour la lecture)

la vidéo de présentation au format MPEG en Full HD (fichier de 140Mo)




Des données que la DTecEMF collecte. ENVISIA est alimenté par les installations côtières françaises, mais également par des serveurs déployés par les États côtiers en application des directives de l’Organisation Maritime Internationale.

Au service de l’aménagement du littoral et de la sécurité maritime

L’analyse des données collectées par ENVISIA trouve déjà des applications dans les domaines de la sécurité maritime, de l’économie, de ’aménagement du littoral, ou encore de l’environnement. Mais l’avenir est riche de promesses.

L’analyse des trajectoires des navires permet d’identifier les zones à forte densité de trafic et ainsi, par exemple, d’évaluer les risques de collision/d’échouement, d’améliorer le balisage sur certaines zones, etc.

ENVISIA facilite également l’étude des routes de navigation aidant ainsi à identifier des zones littorales aménageables, installation d’éoliennes offshore, par exemple. L’analyse des flux de marchandises est un autre exemple d’application. En matière d’environnement, l’analyse des trajectoires offre un moyen de mesurer la pression des activités humaines sur le milieu marin.

Par l’AIS, qui permet de transporter des informations non reliées directement à la trajectographie des navires, ENVISIA permettra, dans les prochains mois, de traiter, en temps-réel, des données environnementales - météorologiques et hydrologiques- provenant de capteurs déployés en mer à une distance pouvant aller jusqu’à 80 km des côtes.

Lire le communiqué de presse

Voir l’article de presse de Ouest-France